ScIEnCePoRuM

le forum de la prépa IEP
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les cohabitations partie 1 - Histoire IEP

Aller en bas 
AuteurMessage
chérichou

avatar

Nombre de messages : 30
Age : 30
Localisation : Seclin
Date d'inscription : 27/11/2006

MessageSujet: Les cohabitations partie 1 - Histoire IEP   Lun 5 Fév - 22:08

THIBAUT Quentin

Les cohabitations

Introduction:

La cohabitation constitue un phénomène politique complexe et controversé. Certains commentateurs considèrent qu’elle est la marque de la souplesse de nos institutions, tantôt de nature présidentialiste, tantôt de nature parlementaire. D’autres considèrent au contraire qu’elle constitue un dévoiement des institutions pouvant conduire à une dyarchie néfaste au sommet de l’État entre le Président de la République et le Premier ministre.
La cohabitation se définit comme la coexistence d’un Président de la République et d’une majorité politique qui lui est opposée à l’Assemblée nationale. Dans ce cadre, le caractère dyarchique (à deux têtes) de l’exécutif apparaît pleinement, puisque le chef de l’Etat, élu au suffrage universel direct, perd sa fonction de direction de l’exécutif au détriment du Premier ministre, responsable devant l’Assemblée nationale. Le chef du Gouvernement devient ainsi la figure prépondérante du pôle exécutif et le véritable chef de la majorité parlementaire.
La lecture de la Constitution en faveur de la prépondérance du Président de la République dans les institutions s’oppose sans doute à une telle configuration politique. La cohabitation ne peut, en effet, se produire qu’en cas de désaveu de la majorité présidentielle lors des élections législatives. La pratique gaullienne des institutions plaide en pareil cas pour une démission du chef de l’État, puisque sa responsabilité a ainsi été directement mise en cause par le peuple. Ce ne fut toutefois pas la décision du président François Mitterrand en 1986 et 1993, ni celle du président Jacques Chirac en 1997. La cohabitation, longtemps considérée comme improbable, est ainsi devenue fréquente dans la période récente : entre 1986 et 2002, elle a duré environ neuf ans.

I Pratiques de cohabitation

1 - Pourquoi la cohabitation?

Ce terme qui s'est imposé dans le langage politique et journalistique désigne depuis le milieu des années 80 une situation institutionnelle particulière : la "coexistence d'un chef de l'Etat élu au suffrage universel sur un programme politique et d'un Premier ministre s'appuyant sur une majorité parlementaire élue pour soutenir une politique opposée" (Jean Massot).
Dans cette configuration, le pouvoir exécutif, exercé par le Président de la République et par le Premier ministre qui dirige l'action du Gouvernement, est donc assuré par deux adversaires politiques, choisis démocratiquement, mais à des moments différents, par le corps électoral.
Longtemps inenvisageable, la cohabitation est cependant devenue réalité 28 ans après la promulgation de la Constitution de 1958 et ce, par l'interaction de plusieurs facteurs :
• La volonté des électeurs qui, à trois reprises (1986, 1993, 1997), ont imposé cette situation au sommet de l'Etat.
• La spécificité du texte constitutionnel qui organise une dyarchie à la tête de l'Etat, accentuée par l'instauration en 1962 de l'élection du Président de la République au suffrage universel direct (et dont l'une des conséquences, avec la naissance du fait parlementaire majoritaire apparu aux élections législatives de novembre 1962, sera la bipolarisation de la vie politique).
• Une alternance politique complète en 1981 : pour la première fois, le Président de la République élu est d'une tendance opposée à son prédécesseur, changement complété, un mois plus tard, après dissolution, par l'élection d'une Assemblée nationale reflet de la majorité politique dont est issu le nouveau président. L'alternance ne remet en cause ni les institutions ni leur fonctionnement ; elle consacre l'efficacité du texte constitutionnel, d'autant mieux que les nouveaux gouvernants parvenus au pouvoir après 23 années passées dans l'opposition en utilisent toutes les subtilités et que le Président nouvellement élu entend remplir pleinement sa fonction.
• Une alternance incomplète, ne touchant que la majorité politique de l'Assemblée nationale (opposition parlementaire devenant majorité à la suite d'un scrutin législatif national), qui se produira pour la première fois en 1986 et inaugurera dans la plus grande incertitude la première période de cohabitation (1986-1988), laquelle sera suivie de deux autres cohabitations pour les mêmes raisons mais dans des contextes politiques différents en 1993-1995 et en 1997-2002.
Depuis 1986, la France a été gouvernée pendant 9 ans selon cette configuration institutionnelle particulière. Ce qui a fait écrire à Alain Peyrefitte (Pouvoirs, n° 91, novembre 1999, p. 25) qu'un citoyen de 18 ans qui votera pour la première fois en 2002 pour les élections présidentielles et législatives aura fait son apprentissage de citoyen "dans une République dont les deux principaux personnages sont à la fois partenaires et adversaires".
Afin de remédier à cette situation atypique, devenue pour de nombreux observateurs synonyme d’immobilisme et de difficultés accrues pour la mise en œuvre d’une politique cohérente, il est décidé de réduire le mandat présidentiel à cinq ans (le quinquennat). Cette réforme est adoptée par référendum, le 24 septembre 2000 ; elle devrait rendre plus difficile le retour d’un même contexte institutionnel qui, néanmoins, sous l’effet d’événements soudains (dissolution de l’assemblée, démission ou décès du Président de la République…) modifiant le calendrier électoral, ne peut être totalement exclu.

2 - Vraies et fausses cohabitations.

Lors d'une émission de télévision ("Ma cohabitation", TF1, 7 décembre 1990), à la question : "Vous avez été Premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing et de François Mitterrand. Avec lequel de ces deux Présidents avez-vous pu le mieux exercer vos fonctions ?", Jacques Chirac répond : "Pour des raisons tenant des circonstances, naturellement avec François Mitterrand".
Cette réponse a le mérite de rappeler qu'en période de cohabitation l'article 20 de la Constitution( "Le gouvernement détermine et conduit la politique de la nation") s'applique à la lettre, le gouvernement n'étant responsable que devant le Parlement.
Hors cohabitation, quand majorité présidentielle et majorité parlementaire concordent, l'application de l'article 20 diffère quelque peu dans la mesure où le Premier ministre peut difficilement ne pas tenir compte d'éventuelles observations, voire de directives précises, formulées par le chef de l'Etat tendant à définir ou à infléchir la politique suivie.
Le centre du pouvoir se trouve alors à l'Elysée et non à Matignon. Imaginerait-on un instant le fondateur de la Cinquième République défendre le schéma inverse ?
Cette lecture particulière de l'article 20 suppose que les deux hommes en charge des affaires de l'Etat, soient, en toutes circonstances, dans une unité de pensée. Ce qui n'a pas toujours été le cas depuis 1958. Des désaccords peuvent intervenir ; quand ils sont insurmontables alors que les deux responsables appartiennent à la même famille idéologique ils ne peuvent que se traduire par la démission du chef du gouvernement.
L'épisode le plus retentissant de cette nature reste la démission de Jacques Chirac le 25 août 1976, précédent inédit à ce jour dans la forme, l'hôte de Matignon exprimant publiquement les raisons de son départ.
Mais d'autres exemples de mésentente, plus ou moins affichées, entre le Président et le Premier ministre peuvent être cités :
- la dégradation des rapports entre le général de Gaulle et Georges Pompidou au lendemain des événements de mai 1968 ;
- le désaccord politique sur l'avenir de la société française entre Georges Pompidou et Jacques Chaban-Delmas en 1972 ;
- l'impossible harmonie entre François Mitterrand et Michel Rocard (1988-1991).
La France n'aurait-elle alors connu depuis 1958 qu'une longue cohabitation due à la nature même des institutions, avec une dyarchie à la tête de l'Etat dont, au demeurant, un des membres peut espérer occuper un jour la fonction première ?
Nommé Premier ministre le 20 mars, Jacques Chirac, comme il l'avait déjà fait à l'approche du scrutin (" Nous avons une Constitution qui a fait ses preuves, appliquons-la purement et simplement ", TF1, 9 février 1986), fixe aussi comme règle à la cohabitation le respect scrupuleux du texte constitutionnel. Quelques instants après sa nomination, il déclare : "Tout d'abord les règles de notre Constitution et la volonté du peuple français doivent être respectées. Les prérogatives et les compétences du Président de la République, telles qu'elles sont définies dans la Constitution sont intangibles. Le Gouvernement, dirigé par le Premier ministre, détermine et conduit la politique de la nation en vertu de l'article 20 de notre Constitution". Ce texte aura pour écho le message de François Mitterrand au Parlement, le 8 avril 1986 : "Beaucoup de nos concitoyens se posent la question de savoir comment fonctionneront les pouvoirs publics. A cette question, je ne connais qu'une réponse, la seule possible, la seule raisonnable, la seule conforme aux intérêts de la nation : la Constitution, rien que la Constitution, toute la Constitution".

3 - L'attitude du chef de l'Etat en cas de cohabiation.

La Constitution ne rend pas obligatoire la démission du chef de l’État désavoué au cours d’un scrutin national au suffrage universel direct. Mais le départ du Général de Gaulle, après son échec au référendum du 27 avril 1969, plaide pour une pratique contraire. Au principe de l’irresponsabilité du chef de l’État inhérent au régime parlementaire mis en place en 1958, a ainsi succédé le principe de la responsabilité directe du Président devant les électeurs depuis la révision constitutionnelle de 1962.
Cette conception de la fonction présidentielle a été rejetée par le président François Mitterrand en 1986. Celui-ci a décidé de rester en fonction malgré la défaite de la majorité présidentielle aux élections législatives du 16 mars de la même année. Dans son message au Parlement du 8 avril 1986, le Président Mitterrand a justifié ce choix en rappelant le caractère parlementaire du régime et en écartant la mise en jeu de la responsabilité du chef de l’État du fait du résultat des élections législatives :
"Depuis 1958 et jusqu’à ce jour, le Président de la République a pu remplir sa mission en s’appuyant sur une majorité et un gouvernement qui se réclamaient des mêmes options que lui. Tout autre, nul ne l’ignore, est la situation issue des dernières élections législatives.
Pour la première fois la majorité parlementaire relève de tendances politiques différentes de celles qui s’étaient rassemblées lors de l’élection présidentielle, ce que la composition du Gouvernement exprime comme il se doit. (...)
Je rappellerai seulement que la Constitution attribue au chef de l’Etat des pouvoirs que ne peut en rien affecter une consultation électorale où sa fonction n’est pas en cause. "
C’est cette lecture des institutions qui a de nouveau prévalu au cours de la deuxième cohabitation, après la défaite de la majorité présidentielle aux élections législatives des 5 et 12 juin 1988. Elle a, enfin, de nouveau été mise en avant par le Président Jacques Chirac après l’échec de la dissolution opérée en 1997
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
virgule
Admin
avatar

Nombre de messages : 221
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: Les cohabitations partie 1 - Histoire IEP   Lun 12 Fév - 21:11

II Les 3 cohabitations

1- 1986-1988 : une campagne électorale permanente.

Si elle ouvre une période inédite, la première cohabitation, celle qui en quelque sorte fixe les règles, n'a surpris aucun de ses acteurs qui ont pu se préparer à sa mise en oeuvre. Ses paramètres sont les suivants et ils influeront sur son fonctionnement pendant deux ans :
• Un Président qui entend aller au terme de son mandat en assumant la plénitude de ses fonctions.
• Une majorité présidentielle parlementaire battue, mais pas défaite.
• Une nouvelle majorité parlementaire qui applique son programme sous le regard critique d'un chef de l'Etat qui, par le verbe et le geste, exerce une véritable fonction tribunicienne.
De par la Constitution, l'essentiel du pouvoir exécutif se concentre, pour la première fois depuis 1959, à l'Hôtel Matignon, mais le Président de la République garde des moyens d'action qui lui sont propres et non négligeables : il peut notamment à tout moment mettre fin à la cohabitation (" siffler la fin de la partie ") soit en démissionnant, soit en prononçant la dissolution de l'Assemblée nationale ; il a seul le choix du moment et seul il peut faire jouer quand bon lui semble cette épée de Damoclès à l'encontre de ses concurrents politiques. Arme redoutable avec en outre le fait, en 1986, que la cohabitation a un terme légal : l'élection présidentielle d'avril-mai 1988 où les deux responsables de l'exécutif vont se trouver face à face.
Suite aux élections législatives favorables à la droite, le président François Mitterrand nomme Jacques Chirac, le chef de l'opposition, premier Ministre. Celui-ci a déjà assuré les fonctions de premier Ministre de mai 1974 à août 1976 aux côtés du président V. Giscard d'Estaing.
L'harmonie semble régner au sommet de l'Etat. En fait, les divergences sont déjà apparues. Dès le Conseil des ministres du 26 mars, François Mitterrand tout en affirmant ne pas vouloir priver le gouvernement du droit de recourir aux ordonnances rappelle qu'en matière sociale, "il ne signerait que des ordonnances qui présenteraient un progrès par rapport aux acquis". Il réitère cette affirmation au Conseil des ministres du 9 avril au sujet des privatisations que le gouvernement de Jacques Chirac, conformément à ses engagements, s'apprêtait à mettre en oeuvre
Pendant deux ans, François Mitterrand se posera tantôt en arbitre, tantôt en chef de l'opposition. Pour cela, il va adresser en direction de l'opinion publique des gestes politiquement forts.
Ainsi afin de marquer sa différence, François Mitterrand, à l'issue du premier Conseil des ministres, refuse la traditionnelle "photo de famille" réunissant Président et gouvernement ; de même, les images télévisées de cette première réunion montrent un Président isolé, muré dans le silence entouré de ministres radieux, offrant une image du "seul contre tous" qui ne peut qu'attirer la sympathie de tous ceux qui craignent, à tort ou à raison, un changement de politique économique et sociale.
Comment le notent Philippe Ardant et Olivier Duhamel, "François Mitterrand voulut conserver le peu de pouvoirs que la situation lui laissait, Constitution aidant. (...) Il voulut surtout reconquérir le pouvoir à la première occasion venue, en l'espèce à l'échéance, des plus rapprochées (1988). Il voulut donc utiliser la cohabitation pour la reconquête. Il le voulut. Il le fit." (Ph. Ardant et O. Duhamel, "La dyarchie", Pouvoirs n° 91, 1999, p.7).
Un épilogue inédit
"Campagne électorale permanente", "cohabitation hyperconflictuelle" ont été les adjectifs employés pour caractériser cette première cohabitation qui se termine, là aussi situation inédite, par l'affrontement à l'élection présidentielle d'avril-mai 1988 des deux hommes qui ont eu la charge commune des affaires de l'Etat pendant deux ans. Affrontement rude comme le fut le débat télévisé du 28 avril 1988 entre le Président et son Premier ministre.
Cohabitation difficile comme le révélera deux ans après Jacques Chirac : "Je ne vous cache pas que cela n'a pas toujours été facile. Je n'ai pas eu pendant cette période, si j'ose dire, un lit de roses" (TF1, 7 décembre 1990).
La réélection du Président sortant met fin à cette première période. Au-delà de la simple victoire politique d'un camp sur l'autre, elle signifie aussi que la fonction présidentielle ne sort pas amoindrie de l'expérience. François Mitterrand, un des principaux, sinon le principal, pourfendeur des institutions de 1958 apparaît, de par l'alternance réussie de 1981 et avec la cohabitation, comme garant des institutions créées par et pour le général de Gaulle.

2 - 1993-1995 : la "cohabitation de velours".

Comparée à la première cohabitation, la deuxième a été qualifiée de consensuelle, voire d'hyperconsensuelle. Mais Edouard Balladur, dans Deux ans à Matignon (Plon, 1995), tempère quelque peu l'impression d'une "cohabitation de velours". Elle n'eut pas en tout cas le caractère de "campagne électorale prolongée" de la période 1986-1988, du moins entre les deux principaux camps.
La première cohabitation a servi d'enseignement et les deux acteurs principaux de la période 1993-1995 l'ont vécue au premier rang ; la deuxième cohabitation n'a donc plus le caractère inédit de la première.
Mais, comme en 1986, François Mitterrand rappelle que, réélu pour sept ans en 1988, il accomplira la totalité de son second mandat :
"Ce que je peux vous dire c'est que je n'ai pas l'intention de démissionner si se produisait un changement de majorité comme beaucoup le prévoient au mois de mars, c'est-à-dire s'il y a une majorité de droite. Quelle que soit son ampleur, cela n'a aucune importance, je veux dire, sur ce plan-là (...). Je dois exécuter le mandat pour lequel j'ai été élu (...). Une élection législative ce n'est pas une élection présidentielle" (France 3, 18 février 1993).
Le 29 mars, François Mitterrand nomme Premier ministre Edouard Balladur, ancien ministre de l'Economie pendant la première cohabitation.
Ce dernier s'était depuis plusieurs mois prononcé en faveur d'une nouvelle cohabitation (tout en souhaitant tirer pour son camp les enseignements de la première). De fait, pendant la campagne électorale, le thème de la cohabitation a été soulevé. L'hypothèse, toujours rejetée par Raymond Barre ("L'expérience 1986-1988 instructive à souhait n'a rien appris. On va donc recommencer", Le Figaro, 10 mars 1993), est alors envisagée avec la plus grande méfiance par une partie importante de l'opposition ; ainsi Valéry Giscard d'Estaing souhaite en février 1993 qu'en cas de victoire de l'opposition soit organisée une élection présidentielle anticipée (ce qui suppose une démission de François Mitterrand), afin que la France ne vive pas "dans une période électorale continue" entre 1993 et 1995.
Moins tumultueuse que la première, la deuxième cohabitation connaît néanmoins quelques moments de friction entre le Président et le Premier ministre : le refus de François Mitterrand d'inscrire à l'ordre du jour de la session parlementaire extraordinaire de juillet 1993 la révision de la loi Falloux, en vigueur depuis 1850, sur le financement des investissements dans les établissements scolaires privés ; le problème de la reprise, comme le souhaite le Premier ministre, des essais nucléaires français dans le Pacifique que refuse le Président ; la question de la nécessité d'une révision constitutionnelle pour l'application des accords de Schengen.
En outre, comme sous la première cohabitation, François Mitterrand ne se prive pas de se démarquer de l'action du Premier ministre quand il estime que les acquis sociaux sont menacés.
Une cohabitation qui en cache une autre
L'originalité de cette deuxième cohabitation réside dans le fait que des critiques à l'encontre de la politique économique et sociale du gouvernement émanent aussi de sa majorité parlementaire et plus précisément du parti dont est issu le Premier ministre.
Des voix s'élèvent au RPR qui préconisent une "autre politique" et critiquent la méthode de gouvernement d'Edouard Balladur : une politique de réformes fondée sur le plus large consensus possible. Ainsi, progressivement, à la cohabitation entre les deux responsables de l'exécutif se substitue une "deuxième cohabitation" entre le Premier ministre et une partie de sa majorité parlementaire.
A partir de l'été 1994, quand il apparaît que Jacques Chirac et Edouard Balladur s'opposeront à l'élection présidentielle du printemps 1995, cette cohabitation de deuxième type n'en deviendra que plus conflictuelle.

3 - 1997-2002 : une cohabitation surprise.

La période de cohabitation qui s'ouvre en juin 1997 se déroule dans un contexte politique très différent des deux premières. Elle n'était pas attendue, donc pas préparée par les principaux acteurs, contrairement aux précédentes. Cohabitation surprise, conséquence d'une dissolution surprise de l'Assemblée nationale, elle intervient en outre en début de septennat présidentiel et va durer le temps de la législature.
Le Président de la République, deux ans après son entrée à l'Elysée et alors que la majorité parlementaire qui soutient le gouvernement d'Alain Juppé est écrasante, mais divisée, estime que les échéances à venir, notamment européennes (mise en place de la monnaie unique) et les réformes en cours nécessitent "une majorité ressourcée et disposant du temps nécessaire à l'action" et "qu'il faut, dès maintenant, aller plus loin sur le chemin des changements. Il faut que l'action politique monte en puissance pendant les cinq années qui viennent. Pour réussir, la France a besoin d'un nouvel élan. Cet élan ne peut être donné que par l'adhésion, clairement exprimée, du peuple français" (déclaration télévisée, 21 avril 1997).
La nette victoire de la gauche plurielle (PS, PC, radicaux de gauche, Verts), qui obtient la majorité absolue au scrutin législatif des 25 et 1er juin 1997, ouvre donc une nouvelle période de cohabitation.
Le 2 juin 1997 Jacques Chirac nomme Lionel Jospin Premier ministre.
Cette troisième cohabitation, qualifiée à plusieurs reprises de "constructive" par le Président de la République débute néanmoins par une mise au point d'ordre institutionnel. Répondant à une question, lors du traditionnel entretien télévisé le 14 juillet 1997, Jacques Chirac déclare : "La Constitution prévoit des choses et ces choses donnent, notamment, une prééminence, et je dirais, donnent un peu le dernier mot au Président de la République...".
Deux jours après, dans une déclaration en Conseil des ministres Lionel Jospin corrige l'appréciation présidentielle par ces termes : "Il n'y a pas de domaine de la politique française où le Président aurait le dernier mot".
Cette troisième cohabitation se caractérise par un contexte politique défavorable au chef de l'Etat, qui se voit contraint à cette situation du fait de la dissolution qu'il a provoquée, ce qui en outre lui interdit toute nouvelle dissolution pendant un an.
Les formations politiques qui le soutiennent ont subi un échec aux élections législatives, la droite parlementaire y enregistrant son plus faible score (36,2 %) depuis 1958. Cet échec est de plus durable et se confirme aux élections européennes de juin 1999 qui concrétisent aussi la forte division entre formations de l'opposition, laquelle se double de fortes tensions à l'intérieur de chaque parti.
Comme François Mitterrand en 1986-1988, Jacques Chirac, s'appuyant sur son rôle de gardien des intérêts permanents, va exercer une magistrature tribunicienne en adressant des gestes en direction de l'opinion. Il fera connaître ses désaccords ou exprimera des mises en garde à propos de la politique menée par le gouvernement, soit en Conseil des ministres, soit au cours de déplacements en province.
A l’approche du scrutin présidentiel d’avril 2002, auquel il se représente, Jacques Chirac précise ses critiques. Si le 14 juillet 1999, il avait qualifié la cohabitation de "constructive", deux ans plus tard, il dénonce le "manque de volonté d’agir" du gouvernement "en matière de sécurité" et son "immobilisme" concernant les réformes à entreprendre (14 juillet 2001).
Les quelques brusques moments de tensions, le plus souvent liés aux échéances électorales nationales à venir, qui ponctuent cette troisième cohabitation, ne sont pas motivés, après juillet 1997, par une divergence d'appréciation sur le rôle constitutionnel attribué à chacune des fonctions et sont très vite circonscrits.
Lors de la conférence de presse conjointe du Président de la République, du Premier ministre et du Président de la Commission européenne le 11 décembre 2000, à l'issue du sommet européen de Nice, à la question de savoir si la cohabitation lors de la présidence française de l'Union européenne (juillet-décembre 2000) a été "un atout, un handicap ou qu'elle a été neutre pour la réussite de la présidence française", les deux responsables de l'exécutif répondent à l'unisson :
- Jacques Chirac : "Ce que je peux vous dire en tout les cas, et ce qui est certain, c'est qu'elle n'a pas été un handicap. Et la preuve en est, nous avons réussi ce sommet. Nous l'avons réussi ensemble"
- Lionel Jospin : "Comme je pense que c'est un atout, cela veut dire que le résultat est neutre. (...) Ces trois jours de discussions très difficiles ont été menées non seulement bien sûr avec une unité complète des ministres, du chef de l'Etat et du Premier ministre, mais je dirai même aussi avec une fusion intellectuelle et humaine des équipes qui a été extrêmement frappante...".
Moments de tensions, qui du fait du contexte électoral (municipales de mars 2001, élection présidentielle en avril-mai 2002, législatives en juin), vont prendre un ton plus vif dans la dernière année de la législature.
Le 21 avril 2002, Jacques Chirac arrive en tête du premier tour de l’élection présidentielle, avec un score relativement faible pour un Président sortant (19,9% des suffrages exprimés). Le contexte très particulier du second tour, du fait de la présence de Jean-Marie Le Pen, lui assure une réélection triomphale (82,2%). Un mois plus tard, au scrutin législatif l’Union pour la majorité présidentielle (qui devient à l’automne 2002 l’Union pour un mouvement populaire) obtient la majorité absolue des sièges à l’Assemblée nationale. C’est la fin de la troisième cohabitation.

Conclusion:

Finalement, les différentes cohabitations peuvent être interprétées comme le résultat non pas tant d'une contradiction de l'électorat que comme sa volonté de sanctionner la majorité au pouvoir, voire de ne pas laisser les rênes de l'Etat entre les mêmes mains. En 2007 les partis politiques auront tout intérêt à se méfier. Ne peut-on pas imaginer que les electeurs, par un revirement malicieux dont ils ont le secret, élisent une majorité parlementaire ( donc un nouveau gouvernement ) opposé au nouveau chef de l'Etat? Plusieurs raisons incitent à ne pas exclure un tel scénario pour l'avenir:
- L'élection présidentielle est avant tout une affaire d'Hommes et de personnalités.
-Les électeurs, désormais méfiants face à un pouvoir monolithique ("l'Etat UMP","L'Etat PS"), pourraient bien décider de ne pas "mettre tous leurs oeufs dans le même panier".
-L'opinion, lassée de l'arrogance et de la suffisance de la classe politique, pourrait beien sanctionner la toute nouvelle majorité présidentielle trop sûre d'elle.

Bibliographie:

Jean Massot, préface de Vedel Georges, Alternance et cohabitation : sous la Ve République.
Collection Les études de la Documentation française, Institutions : 1997 / 156 p.
Daniel Amson, La cohabitation politique en France : la règle de deux.
Presses universitaires de France : 1985 / 194 p
Philippe Foillard, Droit constitutionnel et institutions politiques, 2006-2007, Paradigme.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/cohabitation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les cohabitations partie 1 - Histoire IEP
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon infidèlité au MCR... Une histoire Phénom...énal! (2ème partie)
» L'histoire d'un travesti partie 3 ces femmes qui m'ont aidé..
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Histoire des noms de nos navires
» L'histoire de petit Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ScIEnCePoRuM :: partie publique :: exposés :: histoire IEP-
Sauter vers: