ScIEnCePoRuM

le forum de la prépa IEP
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Front Populaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Elise



Nombre de messages : 8
Age : 29
Localisation : Hazebrouck
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Le Front Populaire   Mer 3 Jan - 14:16

LE FRONT POPULAIRE

Problématique : En quoi le Front Populaire a-t-il marqué un espoir dans une France en crise ?


I – La naissance du Front Populaire

A – Espoir d’une union contre fascisme
B – La campagne électorale
C – La victoire de la gauche unie


II – Les beaux jours du Front Populaire

A – La politique économique et sociale
B – Le début d’une ère nouvelle ?
C – La politique coloniale


III – L’agonie du Front Populaire
A – une France divisée
B – Des difficultés économiques qui entraînent le revirement des classes moyennes
C – La dislocation du Front Populaire










LE FRONT POULAIRE
Intro



I. Les beaux jours du Front populaire.

1 – L’espoir d’une union contre fascisme


Le Front populaire est une coalition qui, unissant les forces de gauche et l’extrême gauche, se donne comme but en 1934 de défendre les libertés démocratiques contre les menaces des « groupements fascistes « .
Ce désir d’union est apparu après les émeutes du 6 février 1934, considérées comme un tentative de coup d’état fasciste .
Cependant, au moment du 6 Février, les forces de gauche (SFIO,PC et radicaux ) entretiennent de mauvaises relations .
Or le 6 février ne modifie pas ces mauvaises relations entre les 3 partis de gauche .
Et c’est le 12 février 1934, la CGT ayant lancé un mot d’ordre de grève générale et le parti socialiste ayant ,organisé un défilé, le parti communiste et la CGTU (confédération générale du travail unitaire) décident de se joindre à la manifestation et à la grève pour débaucher les troupes socialistes.
Les militants communistes se joignent cependant au cortége socialiste aux cris de « Unité! Unité» et les deux partis vont alors défiler de concert .

Ensuite , en Mai 1934 l’Internationale Communiste change d’attitude, abandonnant la tactique « classe contre classe « et invitant le PC à entrer dans la tactique des « Rassemblements populaires « dans le but de lutter contre le fascisme et ce en s’alliant aux socialistes et plus largement à tous les démocrates .
C’est ce changement d’attitude qui est à l’origine du Front Populaire . M.THOREZ proposant la constitution d’un Front Populaire pour le pain et la liberté contre le fascisme et la guerre.
Il s’est constitué en 2 temps :
-27 JUILLET 1934 le pacte d’unité d’action entre socialistes et communistes
-JUIN 1935 le ralliement des radicaux dans le rassemblement anti fasciste .
Les radicaux représentants les classes moyennes , clientèle habituelle des partis fascistes .

Enfin le 14 Juillet 1935,500 000 manifestants défilent derrière le communiste THOREZ, le socialiste BLUM et le radical DALADIER .
Ce qui créa le comité national du rassemblement populaire composé de :
La SFIO , le PC , l’Union Socialiste républicaine et le Parti Radical
Deux confédération syndicales : CCG ET CGTU
des mouvements à dominante intellectuelle.


2 – La campagne électorale
Le comité a pour tâche de mettre au point une plate forme commune qui servira pour le second tour des élections législatives d’Avril- Mai 1936 ;
Le programme du Front Populaire s’avère modéré, proche de celui du parti radical .
Il s’articule autour du typique « le pain ,la paix , la liberté « qui lui servira de slogan .

Il comporte donc des revendications politiques , par la paix, dissolution des ligues et la défense des libertés, ainsi que des revendication économiques , en l’occurrence un programme pour lutter contre la crise économique .

La campagne électorale s’ouvre en Avril 1936 et il faut noter qu’au premier tour , chacun des partis du Front Populaire fait campagne pour son propre compte


3 – La victoire de la gauche unie (voir avec Clémentine)


II – Les beaux jours du Front Populaire
1 – La politique économique et sociale (voir avec Clémentine)

2 – Lé début d’une ère nouvelle ?
Le gouvernement Blum marque , certes,par ses réformes qu’il a entrepris mais aussi par l’esprit nouveau qu’il fait régner .
Esprit nouveau surtout dans le domaine de la vie quotidienne où Léo Lagrange, sous secrétaire d’Etat aux sports et aux loisirs , le « Ministre de la Paresse » selon la droite est chargé de donner un contenu positif aux loisirs que dégagent la loi des 40H et les congés payés
Il négocie avec les compagnies de chemin de fer une réduction de 40% sur les billets instaurant ainsi le « billet populaire de congé annuel « , il développe les « auberges de jeunesse « et encourage la création de musées .
Aussi le Front Populaire s’intéresse au développement de la culture populaire . Jean Zay , ministre de l’éducation , porte en effet à 14 ans au lieu de 13 la limite de l’obligation scolaire .

Ainsi naît durant l’été de 1936 la mystique du Front Populaire qui fait apparaître l’homme comme à l’ère de la libération , en l’affranchissant de l’esclavage de la machine .
C’est surtout le cinéma de l’époque qui exprime le mieux cet esprit nouveau permettant d’ouvrir les vies des prolétaires à autre chose que leur condition comme le film La Belle Epoque avec Jean Gabin.


3: La politique coloniale. (voir avec Clémentine)


III – L’agonie du Front Populaire

1:Une France divisée
-Réveil des hostilités politiques (voir avec Clémentine)
-Cependant c’est la guerre d’Espagne qui provoquera les premières dissensions au sein de la coalition de gauche
La victoire électorale en Espagne de Février 1936 d’un Frente Popular est suivie en Juillet d’un coup d’Etat organisé par les forces conservatrices sous la direction du Général Franco .
Les communistes et la majorité des socialistes français souhaitent aider les républicains espagnols , mais les radicaux s’y opposent .
Pour sauver sa majorité et écarter la menace de troubles sociaux, Blum se prononce à contre cœur pour le principe de non intervention alors que l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste apportent leur soutien aux nationalistes de Franco.

La guerre d’Espagne provoque donc une incontestable rupture au sein de la majorité de Gauche .



2 : Des difficultés économiques qui entraînent le revirement des classes moyennes
Cependant , ni la guerre d’Espagne, ni la haine des adversaires politiques n’expliquent la chute du Front Populaire. C’est le passage à l’opposition des classes moyennes dû aux difficultés économiques qui en est à l’origine .

Léon BLUM avait , en effet, fait de la lutte contre la crise une priorité économique et sociale . Cependant ,les mesures entreprises n’ont eu que des effets pervers .
- le pouvoir d’achat a été absorbé par l’inflation
- la loi des 40 h a diminué la production et n’a crée qu’un nombre restreint d’emplois puisque les chômeurs étaient en grande majorité des ouvriers sans qualification alors que les entreprises avaient besoin de cadres et d’ouvriers qualifiés .
-
L’échec de la politique économique conduit Léon BLUM à dévaluer le Franc en septembre 1936, ce qui est ma accueilli par les deux partis surtout qu’elle ne résout rien .

Pour ramener la confiance des milieux d’affaires , Blum annonce « la pause « c'est-à-dire l’abandon momentané des projets de réformes sociales . Cependant les classes moyennes préfèrent se détourner du Front Populaire .
Elles ont en effet été déçues devant les effets de la politique sociale de Blum qui accroît les charges des entreprises et mettent de difficulté un petit patronat déjà durement touché par la crise économique .

Les classes moyennes s’éloignent ainsi du Front Populaire conduisant le parti radical à prendre ses distances face à la majorité gouvernementale .



3.La dislocation du Front populaire. (voir avec Clémentine)





En conclusion , on peut dire que le bilan du Front Populaire est à certains égards mitigé , mais cette brève expérience permis tout de même un nombre important d’avancées dans de nombreux domaines .
Malgré tous les problèmes auxquels il a du faire face,il a marqué les mémoires et suscité les passions .
Ainsi , le régime de Vichy le tiendra , lors du procès de Rioms , comme responsable de la défaite française en 1940 .



Bonnes révisions à tous! tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clemouche

avatar

Nombre de messages : 13
Age : 30
Localisation : Le Quesnoy/Lille
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: Le Front Populaire   Sam 6 Jan - 22:49

je complete donc l'esposé par mes parties :

intro: Le Front populaire nait dans un contexte de crise générale.Crise économique d'abord dès 1931( répercussion du krack de Wall street en 1929 aux Etats-Unis) ce qui entraîne un marasme des affaires, une baisse de la valeur du franc et une hausse du chomage. La population mécontente et anxieuse ne reçoit aucun espoir des gouvernements qui paraissent incapables de redresser la situation. Les années 30' sont marquées par cette profonde perte de confiance dans le régime, par un scepticisme généralisé .

I- 3- la victoire d'une gauche unie.
le 26 avril 1936, au soir d'un premier tour marqué par la participation la plus forte enregistré sous la IIIeme Republique : 84,3%? la victoire est a gauche mais elle est limitée car elle ne totalise que 300 000 voix de plus qu'aux élections législatives de 1932. La droite n'en perdant que 70 000.Les radicaux perdent même près de 400 000 voix, les socialistes restent stables mais devance le parti radical dès le premier tour. Il faut noter que le PC a lui doublé ses voix : 1 500 000 en 1936.
Le second tour, le 3 mai 1936 est déterminant et le Front populaire rassemble 376 sièges contre 236 pour la droite.
C'est donc à la SFIO, Premier parti de la gauche victorieuse que revient la charge de former et de diriger le nouveau gouvernement. Le président de la République Lebrun appelle alors le chef de file de la SFIO: Leon Blum.
C'est le 4 juin que Blum annonce la composition du premier gouvernement dirigé par un socialiste.Celui-ci est composé de 17 socialistes, 13 radicaux et 4 divers .Les communistes apportent leur soutien mais ne participent pas au gouvernement.On peut noter aussi que Blum nomme 3 femmes a des sous-secrétariat d'etat pour la première fois alors qu'elles n'ont pas encore le droit de vote.
Cette victoire de la gauche unie fut suivie par une vague de grève spontanés ac occupation d'usines visant à encourager le gouvernement à prendre rapidement des mesures sociales.

II-1 La politique économique et sociale
Dès le 2 juin, des corporations entières se mobilisent et dès le 5 la gève touche touche tout le monde.Ces grèves ( env; 12 000) mobilisent près de 2 millions de salariés. Le patronat y voit les prémices d'une révolution à la bolchévik .
Cependant, Blum invite le patronat et les syndicats à entamer des négociations sous l'arbitrage du gouvernement, dans le but de la reprise du travail. ainsi, le 7 juin 1936, les accords de Matignon furent signés par la CGT et le patronat . Ces accords mettent en place le droit syndical avec l'élection de délégués ouvriers et prévoient une hausse des salaires de 7 à 15% selon les branches, pour relancer l'économie.
Pour réduire le chômage, la semaine de travail de 40h est voté le 21 juin et les premiers congés payés (15 jours) sont instaurés le 20 juin.
Les grèves se poursuivent souvent jusqu'en juillet alors que le 11 juin Maurice Thorez declaré déjà: "il faut savoir terminer une grève dès que satisfaction a été obtenu."
Après avoir voté la retraite des mineurs le 29 juillet, le Front populaire met en place une politique de nationalisation.Blum annonce un programme de grands travaux.Par la loi du 11 août 1936, toute fabrication de matériel de guerre est placé sous le contrôle de l'état.Cette politique de nationalisation s'étend jusqu'aux chemins de fer: SNCF en 1937. La Banque de France ne fut pas nationalisé mais Vincent auriol, ministres des finances, la réorganisa: la tutelle de l'etat s'accrut et on mit fin au règne des 200 familles, c'est-à-dire aux 200 plus gros actionnaires en étendant le droit de vote aux 40 000 actionnaires.
Par la loi du 15 août 1936, un office international du blé ( onib) eut pour charge de soutenir les prix payés aux agriculteurs et ainsi redresser les cours durement touchés par la crise.
On peut noter aussi la loi du 28 août 1935 sur les allocations chômage.
Le Front populaire est donc à l'origine de nombreuses réformes qui restent d'actualité.

( Bon dsl , je tape la suite plus tard^^)

II-3 : La politique coloniale.
En matière coloniale, les réalisations furent plus difficile. Dès janvier 1937, est crée une commission d’enquête parlementaire sur la situation impériale mais elle est suspendue dès février 1938.
Le gouvernement engage des réformes dans un contexte délicat et ambigu à cause de la montée des mouvements nationalistes dans les colonies qui attendaient beaucoup du Front populaire.
Le 22 décembre, les accords Vienot devaient établir l’indépendance de la Syrie, mais ce projet est bloqué par le sénat tout comme le projet qu’on appelle Blum-Violette. Ce projet proposé le 30 décembre 1936 prévoyait d’octroyer la citoyenneté française à 25000 algériens musulmans.
Le 31 décembre 1936, le front populaire établit un décret instituant un véritable code du travail en Indochine : convention collective, salaire minimum, …qui se substitue enfin à la politique de répression. Marius Moutet , ministre des colonies du Front populaire n’a pas réussi à poursuivre ces réformes faute de moyens.
Ainsi avec ses limites, l’œuvre coloniale du front populaire reste importante. Cependant dès la fin de l’été 1936 les premières difficultés apparaissent.

III-1 : Une France divisée
A-le réveil des oppositions politique
Une atmosphère de haine se développe dans tout le pays. Les ligues dissoutes depuis le décret du 18 juin 1936 se reconstituent en partis. Une organisation d’extrême droite « la Cagoule » est démantelée en 1937. La presse de droite et d’extrême droite mène une campagne calomnieuse contre le gouvernement Blum qualifié de « complot juif ».En avril 1935, Charles Mauras de l’Action française écrit de Blum : « c’est un juif à fusiller ». Roger Salengro, ministre de l’intérieur est poussé au suicide par les calomnies de la droite, l’accusant d’avoir déserté à tort pendant la première guerre mondiale. La droite dira à son enterrement : « Salengro déserte une seconde fois ».
Les articles antisémites ne cessent de se succéder dans des journaux comme l’Action française ou Gringoire.

III-3 : La dislocation du Front populaire.
Devant l’accumulation des difficultés, Blum et Vincent Auriol demande les pleins pouvoirs financiers. Le 15 juin 1937, la Chambre les accorde mais le sénat tenu par la droite les refuse le 21 juin. Blum démissionne mais cela n’entraîne pas l’effondrement du Front populaire. La majorité Front populaire persiste mais avec un gouvernement à direction radicale dirigé par Camille Chautemps du 22 juin 1937 au 14 janvier 1938.
En janvier 1938, Chautemps déclare son hostilité face aux communistes et les socialistes se retirent au gouvernement donc chute du gouvernement. Mais le 18 janvier, intervient le deuxième gouvernement Chautemps (il se succède a lui-même), celui-ci encore plus dominé par les radicaux. La situation financière étant de plus en plus alarmante, Chautemps démissionne le 9 mars 1938.
Blum fut charger du nouveau gouvernement dès le 14 mars, mais ne resta au pouvoir que jusqu’au 8 avril, date de sa démission faute de n’avoir pu encore obtenir les pleins pouvoirs financiers.
Ce deuxième échec marque la fin du Front populaire et le 10 avril 1938, le radical Daladier devient président du Conseil. Son gouvernement veut « remettre la France au travail » : c’est la dislocation définitive du Front populaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Front Populaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appel à un front républicain contre Sarkozy...
» Université populaire du Mouvement Démocrate
» Une antenne de l'Universitée populaire du goût à Granville.
» FNLN - Front Normand de Libération National
» Pétition : Pour un référendum d'initiative populaire sur la réforme des retraites!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ScIEnCePoRuM :: partie publique :: exposés :: histoire IEP-
Sauter vers: